Bénéficiaire final, KYC et fonds privés

De nos jours, il est devenu particulièrement difficile de pouvoir, sereinement, ouvrir un compte bancaire dit offshore. En effet, le FMI, l’OCDE et les autorités fiscales locales de nombreux pays ont décidé de couper les vannes. Toutefois, des solutions plutôt simples et pas forcément très onéreuses existent pour réaliser un tel dispositif.

Quand le offshore est privé et non lié à une société

Clairement, la notion de offshore peut avoir une connotation négative suite aux pseudo-scandales des Panama Papers ou encore des Paradise Papers. Pourtant, il n’en n’est rien puisque cela est totalement….Légale.

En effet, le principe même de liberté bancaire s’applique pour tout, mais à 1 seule condition : le bénéficiaire final doit déclarer l’existence de ce compte bancaire auprès de son autorité fiscale, à savoir celle de son pays de résidence.

Il y a encore peu, les comptes bancaires notamment liés à des sociétés n’étaient pas concernés par les échanges de données bancaires entre les pays, mais sachez que cela est bel et bien le cas depuis la mise en place de l’Échange Automatique des Données Bancaires, aussi appelée AEOI dans la langue de Shakespeare.

Quelques clichés qui ont la dent dure

En matière de compte bancaire offshore, comme l’indique ICD-Fiduciaries, certains clichés sont résistants au temps et à l’actualité. En la matière, voici ceux dont le cou doit être tordu :

  • Un tel compte bancaire est réservé aux super-riches: absolument pas
  • Un tel compte bancaire est dédié aux personnes qui ont un certain réseau: pas du tout
  • Les institutions bancaires qui participent à cela sont souvent opaques et situées dans des contrées lointaines: totalement étonné
  • L’ouverture d’un compte bancaire offshore est onéreuse: les tarifs sont bien plus accessibles qu’il n’y paraît
Leture +  Comment fonctionne une franchise ?

Ne perdez pas de vue qu’un tel dispositif nécessite rarement plus de 750 euros (dépôt initial sur le compte bancaire ouvert) et une pièce d’identité, tout comme un avis d’imposition. Toutefois, nous insistons sur le fait qu’il est très peu probable que vous puissiez ouvrir un tel compte bancaire par vous-mêmes.

Les chances de réussite sont inférieures à 10%, alors que celles-ci sont de 80% si vous optez pour les services d’un prestataire.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*