Sécurité du travailleur isolé : la prévention des risques

Les risques encourus par le travailleur isolé doivent être évalués par son employeur, car travailler seul sans personne autour aggrave la dangerosité de l’activité. La prévention des risques doit donc entrer dans une démarche globale initiée par le chef d’entreprise qui doit prendre en compte différents facteurs : la nature du travail, l’environnement de travail, les horaires de travail, etc.

Comment identifier une situation à risque ?

Le document unique que tout employeur doit avoir en sa possession est la seule base d’informations qui permet d’identifier les situations de travail à risque. Ce document recense et évalue les dangers potentiels pour la santé physique et mentale des salariés dans chaque équipe d’une entreprise. La première étape de l’identification des risques est donc le questionnement des employés sur cet aspect de leur travail. L’analyse qui en ressort doit permettre d’identifier les cas pour lesquels le travailleur peut se retrouver isolé, sans possibilité de contact avec des collègues ou une personne tierce. Chaque situation doit ensuite être répertoriée en fonction :

  • De la nature de l’activité
  • De la durée du travail
  • De la nature de l’isolement
  • Des conditions de travail
  • De l’environnement de travail

Après cette étape, les tâches doivent être bien définies pour que chaque salarié n’intervienne pas dans un domaine qui sort de son champ de compétences.

La mise en place organisationnelle : une autre obligation de l’employeur

Chaque entreprise – employant des travailleurs isolés – doit mettre en place des mesures organisationnelles selon ses moyens et ses particularités. Elle doit instaurer une procédure de secours avec la mise en place d’un poste de secours et un personnel spécifique affecté à cette tâche, pour porter assistance au travailleur en cas de détresse. Le travailleur isolé doit également pouvoir entrer en communication avec le personnel de secours en permanence. Une procédure de levée de doute doit aussi être mise en place pour éviter les interventions inutiles en cas de fausses alertes.

Leture +  MAtériel de boulangerie : Ce qu'il faut retenir sur la congélation des aliments

Quid des mesures techniques

Les dispositifs d’alarme pour la protection de travailleur isolé  interviennent sur le volet technique de la prévention des risques et sont donc indissociables des mesures organisationnelles. Comme aucune loi n’impose l’utilisation d’un matériel spécifique et précis, l’entreprise choisira le dispositif de sécurité en fonction des besoins du travailleur, de l’environnement où il réalise ses tâches et de ses conditions de travail. Dans les mesures techniques interviennent donc les dispositifs d’alarme pour travailleur isolé ou DATI. Les appareils doivent être en mesure d’envoyer un signal d’alarme rapidement à un poste de secours, en cas de malaise, de chute ou d’autres dangers potentiels. Le DATI doit également permettre une communication constante avec un travailleur isolé pour réaliser la levée de doute. La téléassistance s’avère être le moyen le plus efficace pour protéger le travailleur isolé à n’importe quel jour et à toutes heures. Les dispositifs d’alarme sont constamment reliés à une centrale, à un téléopérateur plus précisément, qui pourra porter assistance au travailleur dans tous les cas de figure. Si après la levée de doute, le danger se précise, celui-ci peut envoyer les secours dans un bref délai.